The Rake

 The Rake

 
Durant l'été 2003, des évènements au nord des Etats-Unis concernent une étrange créature, humanoïde, qui a attiré l'attention des médias locaux avant qu'un blackout apparent fut fait. Peu ou pas d'informations ont subsisté, car la plupart des comptes en ligne et écrits sur la créature ont été mystérieusement détruits.

Primairement centré dans le secteur rural de New York, de soi-disant témoins parlent de leur rencontre avec une créature d'origine inconnue. Les émotions constatés vont du traumatisme psychologique grave, à une simple curiosité innocente et enfantine. Bien que leurs versions des faits n'aient plus d'enregistrements disponibles, leurs mémoires restent claires. Quelques uns d'entre eux ont commencé à chercher des réponses cette année.

Début 2006, leur collaboration a accumulé près de deux douzaines de documents datés entre le XIIème siècle et nos jours, sur 4 continents. Dans presque tous les cas, les histoires étaient identiques. J'ai été en contact avec un des membres de ce groupe et j'ai pu soutirer quelques extraits de ces recueils.

Le Rake
Note de suicide : 1964

Alors que je m'apprête à mettre fin à mes jours, Je sens que je dois me décharger de ma souffrance et ma culpabilité envers cet acte. Ce n'est la faute de personne d'autre que lui. Une fois, je me suis levé et j'ai senti sa présence. A un autre réveil, j'ai vu sa forme. A un autre, j'entendais sa voix, et regardé dans ses yeux. Je ne dors plus sans peur de ce qui pourrait subvenir. Je n'en dors plus. Adieu.

Trouvé dans la même boite en bois, deux enveloppes adressées à William et Rose, et une lettre personnelle sans enveloppe.

‘Ma chère Linnie,
J'ai prié pour toi. Il a dit ton nom.’

Un article de journal (traduit de l'espagnol) : 1880

J'ai fait face à la chose la plus terrifiante. la plus terrifiante du monde. J'ai connu la plus horriblement terrifiante des expériences. Je vois ses yeux quand je ferme les miens. Ils sont phosphorescents. Noirs. Ils me voient et me transpercent. Sa main mouillée. Je ne dormirai plus. Sa voix (texte suivant illisible).

Journal d'un marin : 1691

Il est venu à moi dans mon sommeil. Au pied du lit j'ai senti une étrange sensation. Il m'a tout pris. Nous devons repartir en Angleterre. Nous ne devrions pas retourner ici à la demande du Rake.


D'un témoin : 2006

Il y a 3 ans, je revenais d'un voyage aux chutes du Niagara avec ma famille pour le 4 juillet. Nous étions tous fatigués après une longue journée de conduite, alors moi et mon mari avions mis les enfants directement au lit et nous de même.


Vers 4h du matin, je me fis réveiller, je me disais que mon mari était allé aux toilettes. J'en profitai pour prendre un peu les draps, mais ça le réveilla. Je m'excusai en lui disant que je le croyais sorti du lit. Quand il se tourna face à moi, il sursauta et sortit le pied hors du lit si vite, son genou me heurta presque assez fort pour me faire tomber. Puis il m'attrapa sans rien dire.


Après m'être habitué au noir de la chambre, je pus voir ce qui a causé cette étrange réaction. Au pied du lit, assis et regardant au loin, se trouvait ce qui ressemblait à un homme nu, ou une sorte d'énorme chien sans poils. sa position corporelle était dérangeante, pas naturelle, comme si une voiture l'avait heurté ou même chose. Etrangement, je n'ai pas eu instantanément peur de ça, mais plutôt inquiète par son état. A ce point, j'étais sous l'assomption que nous devions l'aider.


Mon mari se tenait recroquevillé le plus possible, en position foetale, me regardant de temps en temps avant de fixer la créature.


En un clin d'oeil, la créature fondit sur un côté du lit, et rampa rapidement le long du lit jusqu'à être à quelques centimètres de mon mari. La créature resta silencieuse pendant 30 secondes (ou peut-être seulement 5, ça semblait un moment) à regarder mon mari. Puis la créature plaça sa main sur le genou de mon mari et fuya vers le couloir, vers la chambre des enfants.


Je hurlai et fonça vers l'interrupteur de lumière, pour l'empêcher de blesser mes enfants. En arrivant au couloir, la lumière de la chambre était assez puissante pour le distinguer accroupi à 7 ou 8 mètres de moi. Il se tourna et me regarda directement, couvert de sang. J'allumai la lumière du couloir et vit ma fille Clara.


La créature descendit les escaliers alors que moi et mon mari courrions vers notre fille. Elle était gravement blessée et n'a dit qu'une seule chose avant de nous quitter : “C'est le Rake”.


En amenant notre fille à l’hôpital, mon mari a conduit jusqu'à un lac cette nuit-là. Il a été porté disparu.


Comme nous vivions dans un petit village, les nouvelles ont filé vite. La police fut aidante d'abord, et la presse local nous a beaucoup pris en intérêt. Cependant, l'histoire n'a jamais été publiée et la télévision locale n'a pas non plus suivi.


Après quelques mois, mon fils Justin et moi vivions dans un hôtel près de chez mes parents. Après avoir décidé de revenir à la maison, j'ai commencé à chercher des réponses. J'ai finalement trouvé un homme dans la ville voisine qui a eu une histoire similaire. Nous avons pris contact et avions partagé nos expériences. Il connaissait encore deux personnes à New York qui ont vu la créature qu'ils nommaient le "Rake".


Cela prit deux ans à nous quatre après recherches et chasse sur Internet ainsi que rédaction de lettres pour arriver avec une petite collection de témoignages sur le Rake. Aucun ne donnait des détails, historiques ou suites. Un journal mentionnait la créature dans ses 3 premières pages, et ne l'a plus jamais mentionné. Un journal de bord n'a juste mentionné que sa rencontre, leur disant de partir, de la part du Rake. C'était la dernière entrée du journal.


Il y avait, cependant, certaines instances où la visite de la créature en était une parmi d'autres avec la même personne. Plusieurs personnes disent aussi qu'elle leur a parlé, comme ma fille. Cela nous conduit à nous demander si le Rake nous as visité avant nos dernières rencontres.


Je mis un enregistreur digital près de mon lit et le laissa enregistrer toute la nuit, chaque nuit,pendant deux semaines. Je scannai scrupuleusement chaque bruit de moi-même bougeant dans le lit à chaque réveil. A la fin de la deuxième semaine, je m'étais habituée au son occasionnel du sommeil en accélérant la lecture par 8. (Cela prenait toujours une heure par jour cependant)


Au premier jour de la 3ème semaine, Je crois avoir entendu quelque chose de différent. J'avais trouvée une voix stridente. C'était le Rake. Je n'ai pas pu l'écouter assez longtemps pour commencer à le transcrire. Je n'ai laissé personne l'entendre pour l'instant. Tout ce que je sais c'est que je l'ai déjà entendu, Et maintenant je crois qu'il a parlé quand il s'était assis devant mon mari. Je ne me rappelle pas avoir entendu quelque chose cette fois là, mais pour une raison inconnue, la voix de l'enregistreur me rappela instantanément ce moment.


Les pensées qui ont du traverser l'esprit de ma fille m'ont vraiment mise en colère.


Je n'ai pas revu le Rake depuis qu'il a ruiné ma vie, mais je sais qu'il est dans ma chambre quand je dors. J'ai peur qu'une nuit je me réveille pour le voir me regarder dans la nuit.
 
 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

×