Squidward suicide

Bob l'éponge : Le Suicide de Carlo (Squidward suicide)

 
Je commencerai par vous dire que si vous cherchez une réponse, faites demi-tour, il n'y en a pas.



J'étais stagiaire chez Nickelodeon Studios en 2005 pour ma formation en animation. C'était pas payé évidemment, mais ça a des avantages non négligeables. Pour les adultes c'est pas grand chose, mais pleins d'enfants chieraient pour être à ma place. Comme je bossais directement avec les animateurs, je pouvais voir les nouveaux épisodes avant leur diffusion.



Je vais aller droit au sujet sans divaguer sur le reste. Ils avaient sorti tout récemment le film de Bob l'éponge et le staff entier était à court d'idées alors la saison suivante a mis du temps à démarrer. Mais le délai fut plus long pour d'autres raisons énervantes. Il y avait un problème avec un épisode qui a foutu un froid à toute l'équipe pendant quelques mois.





Moi et deux autres stagiaires étions dans la salle d'édition avec l'animateur chef et les éditeurs sons pour le montage final. On a reçu la copie de ce qui devait être l'épisode "Terreur sur le Crabe Croustillant" et nous réunissons autour de l'écran pour voir. Souvent, quand un épisode n'est pas encore finalisé, les animateurs mettent des titres différents, genre de blague perso, des titres plus idiots comme "Pourquoi le sexe marche pas" au lieu de "Rock-a-by-Bivalve" quand Bob et Patrick adoptent un pétoncle. Rien de super drôle mais qui prête au moins à sourire. Alors quand on a vu l'étiquette "Le suicide de Carlo" On a juste pensé à une blague morbide. Un des stagiaires a même eu un éclat de rire en le voyant. L'épisode commença normalement, avec une musique hawaienne joyeuse.





L'histoire commença avec Carlo qui s'entrainait à la clarinette, faisant des fausses notes comme d'habitude. On entend Bob rire et Carlo s'arrête, lui hurlant d'arrêter parce qu'il a un concert cette nuit et devait s'entrainer. Spongebob dit ok et décide d'aller voir Sandy et Patrick. Le fondu avec les bulles arrive et on voit la fin du concert de Carlo. C'est là que tout commence à déconner. Pendant qu'il jouait, quelques frames se répétaient, mais pas le son (a ce moment de la production, le son et l'image sont synchrones, mais pas cette fois) et quand il arrêta de jouer, le son s'arrête comme si la coupure n'était pas arrivée. On entend des murmures dans le public, suivis de huements. des hues pas normales dans les cartoons, c'est normal. Mais on pouvait vraiment sentir de l'agressivité forte, là. Carlo est en plein champ et il est visiblement effrayé. la caméra part sur le public, avec Bob au milieu, et il hue aussi, d'une manière qui n'est pas la sienne. C'est pas le plus étrange, cependant. Le plus bizarre étaient les yeux de tout le monde. très détaillés, photo-réalistiques. Pas des photos de vrais yeux humains, mais plus réel que du dessin fait par ordi. Les pupilles étaient rouges. Nous nous sommes regardés, confus, mais n'étant pas les scénaristes, on ne s'est pas posés la question concernant les enfants qui regarderaient, pour l'instant.



La caméra part alors sur Carlo qui s'assit sur son lit, l'air très triste. la vue de son hublot de fenêtre montrait une nuit noire. Sans doute ça se passait peu après le concert. A ce moment, chose encore bizarre, et qu'il n'y avait pas de son. Vraiment aucun son. même pas le léger bruit des haut parleurs silencieux. C'est comme s'ils étaient éteints, Alors qu'ils étaient en parfaite marche. Il s'est juste assis là, clignant, dans ce silence pendant 30 seconds, puis il a commencé à pleurer doucement. Il a mis ses mains (tentacules) devant ses yeux et pleura silencieusement pendant toute une minute, pendant tout ce temps, le son commençait à revenir très doucement. ça ressemblait à un simple bruit de vent dans les arbres.





L'écran commence a zoomer doucement vers le visage de Carlo. Tellement lentement qu'il faudrait faire des captures d'écran toutes les 10 secondes et les voir cote à cote pour s'en rendre compte. Ses pleurs devenaient plus forts, plein de heurts et de colère. L'écran se tord pendant une petite seconde puis revint à la normale. Le son du vent devenait de plus en plus fort, comme si une tempête se préparait. Ce son et les pleurs de Carlo semblaient si réels, comme si les sons ne venaient pas des haut-parleurs mais comme s'ils étaient des trous d'où provenaient les sons de l'autre coté. Si bon qu'ils auraient fait envie à des producteurs de son recherchant qune qualité sonore parfaite.



En plus du vent et des pleurs, On entendit très bas une sorte de rire. ça venait à intervalles bizarres et ne duraient pas plus d'une seconde donc c'était dur de cerner ce que c'était (On a regardé cet épisode deux fois. Désolé d'être si spécifique mais j'ai du temps pour détailler). Après 30 secondes de ça, l'écran a flouté et s'est violemment tordu et quelque chose a flashé à l'écran, comme si juste une frame avait été remplacée. L'animateur chef rembobina et mit en image par image pour s'arrêter sur l'image remplacée. Ce qu'on a vu était horrible. C'était la photo d'un enfant mort. Il ne devait pas avoir plus de 6 ans. Son visage était mutilé et ensanglanté, un oeil pendait hors de son orbite. Il était simplement en sous-vêtements, son ventre cruellement ouvert et ses entrailles répandues autour de lui. Il était couché sur du bitume, probablement une route. Le plus énervant était l'ombre du photographe visible sur la photo. Il n'y avait aucune cassette du crime, aucune marque ou chose qui pourrait prouver l'identité du tueur, et l'angle était trop mal placé pour être une preuve. Apparemment le photographe était la personne responsable du meurtre.



Nous étions tous mortifiés, mais on appuya sur play, espérant que ce n'était qu'une blague dégueu. L'écran revint à Carlo, pleurant plus fort qu'avant, la moitié du corps dans le champ. Il y avait maintenant des larmes rouge sang qui coulaient de ses yeux. Le sang était fait d'une manière hyper-réalistique, On croirait presque pouvoir en avoir sur les doigts en le touchant. Le bruit du vent semblait plus violent aussi ; avec les branches qui craquent. Le rire, un profond rire de baryton, était plus long et venait plus souvent. Après 20 seconds, l'écran se tordit et une autre photo cachée se montra. L'éditeur en chef se répulsait d'aller voir ça, comme nous tous, mais on savait qu'il fallait le faire. Cette photo était celle d'une fille, cette fois, du même age visiblement. Elle était couchée sur le ventre, ses barrettes dans une flaque de sang près d'elle. Son oeil gauche était sorti aussi, juste vêtue d'un slip. ses entrailles empilées près d'une énorme coupure le long du dos. Le corps était toujours sur la route et l'ombre du photographe était visible, très similaire en taille et silhouette. J'eus des nausées et un des stagiaires, la seule fille du groupe, sortit en vitesse.



Le show continua. 5 secondes après la 2ème photo, Carlo devint silencieux, tout comme les autres sons, comme au début de la scène. Il baissa ses mains tentacules et ses yeux étaient hyper-réalistes comme ceux des autres au début de l'épisode. Ils saignaient et pulsaient. Il regarde en direction de la caméra, comme s'il nous regardaient. Après 10 secondes environ, il recommença ses pleurs, sans se couvrir les yeux cette fois. Le son était fort et perçant, et comble de l'horreur, ses pleurs étaient accompagnés de hurlements. les larmes et le sang s'écoulèrent à flots de ses yeux. Le son du vent revint, ainsi que le profond rire, et cette fois, la photo suivante resta pour au moins 5 frames. L'animateur put stopper à la 4ème frame et rembobina à la première. Cette fois c'était un garçon, du même age, mais la scène était différente. Les entrailles venaient d'être retirés de l'estomac par une large main, l'oeil droit sorti hors de l'orbite et pendant, du sang dégoulinant dessus. L'animateur avança. C'était dur à croire, mais la suivante était différente et similaire à la fois. Pareil pour la frame suivante, et les autres. Il revint à la première et les joua une par une. C'en fut trop. Je vomis sur le sol, les éditeurs son et animations eurent un bref cri d'horreur. Les 5 frames n'étaient en fait pas 5 différentes photos, elles étaient jouées comme si c'étaient 5 frames d'une vidéo. On voyait la main soulever les boyaux, On voit les yeux du gamin les regarder, On a même vu une frame où le gamin commençait à cligner. L'éditeur son nous a dit d'arrêter, il devait montrer ça au créateur. Mr. Hillenburg arriva au bout de 15 minutes. Il fut confus par ce qu'il vit dans la salle, alors l'éditeur continua l'épisode.



Une fois les quelques frames montrées, les hurlements, les sons s'arrêtèrent. Carlo regardait le spectateur, le visage remplissant la caméra, pendant 3 seconds. La camera recula vivement alors qu'une profonde voix cria "VAS-Y" et l'on voit un fusil dans les mains de Carlo. Il mit immédiatement le canon à la bouche et appuya sur la gâchette. Des morceaux de cervelle et du sang photo-réalistique se répandit derrière lui et sur son lit, et il vola un peu en arrière sous la puissance du coup. Les 5 dernières secondes montrèrent le corps sur le lit, couché sur le coté, un oeil roulant près de ce qui restait de sa tête sur le sol. Puis l'épisode prit fin.



Mr Hillenburg fut évidemment hors de lui. Il exigea qu'on lui explique ce qu'était ce bordel. La plupart des gens avaient fui le visionnage, alors on ne fut plus qu'une poignée à re-regarder. Voir l'épisode deux fois ne m'a causé qu'une empreinte indélébile au fond de mon esprit et m'a fait faire d'horribles cauchemars. Je n'aurais jamais du rester.



La seule théorie qu'on a pu trouver est que le film a été édité par quelqu'un de la chaine faite de l'équipe de dessin jusqu'à nous. Le CTO a été appelé pour comprendre ce qui s'est passé. L'analyse du fichier a montré que c'était édité par du nouveau matériel. Pourtant, la date de ce truc datait d'environ 24 secondes avant qu'on ait commencé à regarder. Tous les équipements impliqués ont été analysés en quête de logiciels étrangers ou matériel et même d'éventuels bugs, comme si la date avait été piratée sur le fichier, Mais tout semblait normal. On ne sait pas ce qui s'est passé et à ce jour, personne ne le sait. Une enquête a été ouverte à partir des photos du fichier, mais rien n'en est sorti. Aucun des enfants vus n'a été identifié et aucun indice n'a été trouvé dans les données ni d'indices physiques sur les photos. Je n'avais jamais cru aux phénomènes inexpliqués auparavant, Mais maintenant que j'ai vu quelque chose et ne peux rien prouver dessus au delà de l'évidence anecdotique, je repense deux fois à chaque chose.
 
 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

×