Jane The Killer

 Jane The Killer

 
Salut, moi c'est Jenny Antonelli mais tout le monde m'appelle Jane. Je suis une jeune fille âgée de 16 ans. J'ai récemment emménagé avec mes parents et ma petite soeur dans une région paisible, où quasiment tout le monde se connaissait. C'était d'un ennui. 


Je suis plutôt friande d'aventure, j'aime quand il y a de l'action autour de chez moi, mais ce quartier était si calme que l'on aurait pu croire que cette ville était fantôme. Et pourtant... C'est dans ce quartier que ma vie a pris un sens, tout a changé depuis que j'ai emménagé ici avec mes parents.


Tout a commencé il y a de ça trois semaines, je venais de me rendre dans ma nouvelle classe. Quand j'y suis arrivée, tout le monde est venu me voir pour savoir qui j'étais - c'est d'ailleurs le passage le plus barbant quand on arrive dans un nouveau lycée. Une fois les présentations terminées, le professeur entra dans la classe, et fit l'appel:


"Johnny Allord"- Présent M'sieur

"Jenny Antonelli" - Je suis là


"Armand Baillord" - Ouais j'suis là


"Jeffray Conrad" .....



"Monsieur vous savez bien qu'il ne reviendra pas...", répondit Armand.


Un silence gêné s'installa, puis le professeur reprit l'appel.


Pendant qu'il continuait, je demandai à un de mes camarades ce qui lui était arrivé.

-"Jeff, c'est un mec super! Il est toujours souriant, prêt à aider et à rendre service. Mais il y a pas longtemps il a eu une altercation, avec des gens de ce lycée. Depuis, il est à l'hôpital."

-"Mais pourquoi?", lui demandai-je. "Et que sont devenues ces brutes?"


-"D'après les échos, ces personnes s'en seraient pris au petit frère de Jeff, car beaucoup de gens trouvent qu'ils sont spéciaux, ils aiment rarement ce qui est différent. Du coup pour le défendre, Jeff s'est servi d'un couteau, mais ça a mal tourné... Jeff les a tués tous les trois, ils étaient dans un atelier selon la rumeur... et l'un des trois lui aurait lancé un bidon de décapant ou quelque chose du genre, du coup son visage s'est retrouvé calciné, c'est d'ailleurs la raison pour laquelle il est à l'hôpital. 




Moi qui croyais que le coin était paisible. Je n'en revenais pas, au départ je pensais que c'était une mauvaise blague, mais tout le monde en parlait dans les couloirs du lycée. Tout le monde en avait une version différente. Tout cela devait être récent, mais pourquoi on avait pas de nouvelles de ces trois brutes? C'était la question que je me posais à ce moment là, mais bon, je préférais m'occuper de mes cours plutôt que de cette histoire. Le lendemain matin, je me levai pour aller en cours, j'avais comme d'habitude une tête de zombie ainsi qu'une humeur à poignarder des poulets, un peu comme tout les matins.

Je pris la presse locale pour lire les quelques articles qui pouvaient m'intéresser et dans ce journal se trouvait en première page un article nommé: "Un adolescent poignardé dans une ruelle". Je m'étais donc mise à lire l'article attentivement. Cet article racontait que dans la nuit, un jeune garçon se serait fait agresser dans une ruelle, derrière un magasin. Une caméra se trouvait sur les lieux et un garçon au teint pâle avec un sourire de l'ange serait l'agresseur. Tout cela était-il lié, ou était-ce seulement un fait divers comme un autre? Je ne le savais pas. Je me disais que de toute manière j'en entendrais parler au lycée.

Et ça n'a pas manqué. Une fois en classe nos professeurs nous avaient fait faire une minute de silence pour cette personne, c'était bel et bien une de ces brutes. L'agresseur était donc Jeff, ça ne faisait aucun doute. Mais pourquoi le tuer? Cette histoire m'intriguait, je voulais savoir.



Ma journée était finie, et cette fois je suis rentrée du lycée beaucoup plus tard que prévu, à cause d'un retard de bus. Je traversais les ruelles pour aller plus vite, quand, tout à coup, j'entendis quelqu'un dire:

"C'était pour ton bien, maintenant plus personne ne t'embête, à présent que tu dors."

Je m'approchai doucement de cette personne pour lui demander si elle allait bien. Il s'est retourné pour me dire:

"Pousse toi de là, va-t'en!
Déguerpis vite!
Tu sera la prochaine, prends ton mal en patience!"

Sur le coup je suis partie, mais son visage calciné, son sourire de l'ange, et ses yeux grands ouverts, ça ne pouvait être que Jeff.  Pourquoi voulait-il que je parte? Qu'es-ce qu'il faisait dans cette ruelle... Je devais retourner voir.

Une fois sur les lieux, je le vis accroupi, avec un couteau dans la main. Sans que je sache vraiment pourquoi, je me suis alors précipitée vers lui pour voir ce qu'il était en train de faire. Et c'est là que je l'ai vue, allongée au sol. C'était ma petite soeur. Jeff me regarda et me dit:

"Tu es en retard... J"ai presque terminé le travail."

-"Pourquoi tu fais ça, elle ne t'a rien fait!", répondis-je.

-"...Franchement, je sais pas. Elle se trouvait au mauvais endroit au mauvais moment. Dommage pour elle, une jeune fille si jolie, qui te ressemble énormément..."

-"Pourquoi elle! Elle a encore tant de choses à faire, elle est si talentueuse, elle doit avoir un avenir..."

-"Oh, je vois... La petite soeur plus talentueuse que la grande, tout le monde n'a d'yeux que pour elle je suppose. Quand on y repense, pourquoi devrait-elle vivre dans ce cas? La jalousie te ronge, je le lis dans tes yeux, je t'ai donc quelque peu rendu service, même si elle est encore vivante pour le moment..."

-"STOP! Tu ne sais pas de quoi tu parles alors tais-toi!!!"

-"La colère... je connais bien ce sentiment. Mais si tu réagis comme ça, c'est sans doute parce que j'ai touché un point sensible n'est-ce pas? Enfin bref, je perds mon temps ici, il est temps pour moi de partir... Et pendant que j'y pense, prends ce couteau. On verra bien ce que tu en feras. Pendant ce temps je vais voir tes parents. Ils ont sommeil, je vais les aider à dormir..."




Il m'avait donné son couteau et était parti dans l'obscurité. Je devais faire vite, il se rendait chez mes parents... mais je ne pouvais pas laisser ma soeur comme ça: c'était pas possible, elle avait besoin de moi. Je voyais la vie s'écouler de ses plaies devant mes yeux: elle n'en aurait plus pour longtemps sans doute. Je m'effondrai à genoux en essayant de rassembler mes esprits...
Je devais appeler les secours, elle avait encore une chance de s'en sortir, et enfin on m'aurait vue comme une héroïne! J'imaginais bien les articles "Une petite fille sauvée par sa grande soeur". Enfin j'aurais servi à quelque chose, j'aurais sauvé ma petite soeur que tout le monde admire autant et on aurait enfin accordé un minimum d'attention à mon égard.

Mais dans un autre sens pourquoi la sauver... Ça aurai duré qu'un instant et notre vie aurait continué normalement. Non! Ce n'était pas possible, elle ne méritait pas de vivre, et puis ses plaies devaient lui faire très mal... Combien de temps aurait-elle pris avant de s'en remettre, ce serait idiot de la laisser souffrir autant...

Et je levai les yeux sur elle. Tout en la contemplant, un sentiment nouveau, ni chagrin ni haine, m'envahit. C'était comme un désir pressant; non, un zèle. Le devoir d'en finir avec ses souffrances, et celles des autres. Je pris donc le couteau, et lui plantai dans le coeur pour que sa mort sois assurée.

Mes derniers mots furent: "À présent, tu peux dormir."



Après cela, j'ai appelé une ambulance anonymement et je suis partie jusqu'à chez moi pour voir s'il était là. Malheureusement ce salopard était parti, et il avait tué mes parents.
Quand je vis la scène, je n'étais ni triste ni en colère. J'étais étrangement fascinée par la manière dont il s'y était pris. La pièce était recouverte de sang, on pouvait voir les organes des cadavres éparpillés dans la pièce. Il les avait éventrés avant de les achever d'un coup de couteau dans le cou, comme s'il voulait qu'il souffrent et qu'ils meurent au moment où il l'aurait décidé. C'était étrange, mais un profond désir me hantait. Les autre personnes aussi ont besoin de dormir, mais elle ont besoin d'une bonne raison. Et une grande souffrance serait sûrement la clé?
Le téléphone se mis à sonner:




"...Allô?"

-"Bonjour Jane the killer... comment vas-tu depuis que tu as tué ta soeur?"

-"Ne m'appelle pas comme ça... tout est de ta faute, à toi et à tes pulsions meurtrières!"

-"Je l'ai seulement blessée. Tu aurais pu la sauver mais tu en as décidé autrement, donc tu est en partie responsable. Tu es là pour tuer, tu as ça dans le sang! Rejoins-moi et nous deux on fera des merveilles, on sera unis tel un couple de meurtriers! Tu verras comme c'est grandiose!"

-"Pour qui tu m'as prise? Je ne voulais pas qu'elle souffre des blessures que tu lui as commises!



...mais ne t'inquiète pas, je les vengerai tous les trois... Je te retrouverai, mais ce ne sera pas pour te rejoindre, ce sera pour te tuer! Tu as ôté trop de vies maintenant, il faut que quelqu'un t'arrête, et je me ferai une joie de le faire!"

-"Hoho, mais tu m'as l'air bien sûre de toi... On verra bien lequel de nous deux sera debout en dernier! Sache que je serai sans pitié... Alors maintenant, juste un conseil: Go to sleep...

-"Don't go to sleep, you won't wake up"

Voilà comment ma vie a basculé en un éclat de secondes. Désormais je ne vis que pour une chose, venger mes parents, et je tuerai tous ceux qui se lieront à Jeff, je le trouverai et lui ferai comprendre le vrai sens du mot souffrir!
 
 
 
 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

×